Le Couchsurfing payant va-t-il survivre au Covid ?

Citoyens, citoyennes du monde, l’heure est grave ! Alors que la 3e vague de l’épidémie déferle dans les quatre coins du monde, les institutions liées au voyage et au tourisme vivent une crise sans précédent. Couchsurfing est passé en mode payant pour sortir la tête de l’eau. Est-ce que ça va suffire ?


Couchsurfing face à la crise

Couchsurfing est le précurseur des sites d’hébergement gratuit et de rencontres de voyageurs. Ca fait 14 ans qu’ils subliment les voyages de millions d’utilisateurs.

Et pourtant, 15 millions de membres ne semblent pas encore suffisants pour contrer les effets dévastateurs du Covid. Couchsurfing lance alors toutes ses armes dans la bataille en devenant payant.

Voici son communiqué officiel : “Nous avons réduit la taille de notre équipe, réduit les salaires, éliminé ou renégocié tous les contrats, éliminé nos bureaux physiques (nous travaillons maintenant 100% à distance) et demandé des fonds de secours fournis par le gouvernement des États-Unis via la loi CARES. Malheureusement, cela ne suffira pas et nous serons bientôt incapables de faire face à nos obligations financières.”

C’est là que nous, braves utilisateurs, entrons en jeu… (trop bons, trop cons)


Un mode payant controversé

Le 14 mai 2020, des millions d’utilisateurs on eut la surprise de voir l’accès à leur compte Couchsurfing bloqué.

Couchsurfing payant

Contribution imposée sans préavis

Un mur expliquant que l’accès au site est désormais impossible sans payer 2.39 $ pour un mois ou 14.29 $ pour un an. Une manière de faire qui en a choqué plus d’un, à commencer par les abonnés de la première heure dont je fais partie. Cette manière de bloquer l’accès à son propre compte, sa liste d’amis, ses messages… et surtout sans prévenir, comme ça, du jour au lendemain. C’était franchement pas classe !

Aucune consultation, aucun avertissement préalable. On s’est retrouvé devant le fait accompli, sans aucun autre moyen que de payer. C’est un peu comme demander une certaine somme d’argent pour pouvoir retrouver un membre de sa famille pris en otage. Oui, une technique de mafieux…

Je pense qu’en imposant cette formule payante, Couchsurfing est en train de se tirer une grosse balle dans le pied. Non seulement ils vont perdre les utilisateurs occasionnels (qui peuvent vivre sans CS), mais ils risquent aussi fort de perdre leurs anciens et premiers membres, ceux qui vivaient pour l’esprit CS. Oui, l’esprit originel de CS n’y est plus. Nous ne sommes plus dans le partage, le volontarisme et l’échange. En fait, je ne doute pas qu’ils aient de vrais problèmes de financement, mais alors qu’ils nous mettent à contribution d’une autre manière !


Le principe du profil Couchsurfing”vérifié” payant

Avant la crise du Covid, ils avaient déjà instauré la technique du “profil vérifié”. Le principe est de payer 56€ pour avoir droit au macaron “vérifié”, l’idée étant qu’un profil qui a payé est un profil plus safe. Cette manière de faire n’a en fait aucun sens : ça voudrait dire que le fait de payer fait de nous des individus de confiance et sans idées malsaines. Avant de choisir un profil, on regarde ses références, pas son compte en banque !

Heureusement, il y a quand-même une autre manière d’avoir un profil vérifié, c’est tout simplement d’héberger des voyageurs. Après chaque hébergement “confirmé” accompagné d’un commentaire positif, le profil se met en “vérifié” pour 3 mois de plus. Ça peut s’accumuler jusqu’à 1 an maximum. C’est-à-dire que si vous hébergez en janvier 4 couchsurfeurs, votre profil sera vérifié jusqu’a janvier de l’année prochaine.


Peu de transparence sur leurs finances

Ce qui a tendance à déranger les utilisateurs actifs de Couchsurfing, c’est aussi leur manque de transparence financière. Contrairement à d’autres sites d’hébergements de voyageurs comme Bewelcome qui est à but non lucratif, CS fait payer sans expliquer clairement combien ils gagnent et à quoi sert l’argent.

couchsurfing payant

L’on sait qu’une grande partie de leur budget provient des revenus publicitaires. On sait aussi (selon leur communication officielle) que 4% de leurs adhérents leur apporte un soutien financier. 4% de 15 millions d’utilisateurs, ça fait 600.000 couchsurfeurs payeurs. Sachant que les frais de vérifications étaient dans le passé de 25 $ par an et qu’ils sont aujourd’hui à 56 € à vie, en imaginant que chaque contributeur a payé le prix minimum d’un an de vérification, ça fait tout de même un total de 15 millions de dollars de revenus (hors revenus publicitaires et dons). À moins de vouloir engraisser les actionnaires, il semble que ça ne soit pas si mal pour survivre à la crise.

Seulement voilà, comme nous avons peu de visibilité, on ne peut que spéculer sur des sommes fantaisistes. La vérité est certainement ailleurs.


Couchsurfing a changé avec le temps

Et pourtant, Couchsurfing a été l’une des plus belles initiatives de notre époque moderne. Couchsurfing a changé le monde !

Couchsurfing a appris à l’humanité qu’elle avait encore des belles valeurs, qu’elle était encore capable de solidarité, de don gratuit, d’ouverture à l’autre.

couchsurfing voyage
Une famille iranienne

CS a changé radicalement la manière de voyager et d’aborder l’altérité à des millions de personnes dans le monde. Il nous a fait découvrir un monde immense, en tant qu’hébergeur et en tant que voyageur.

Pour moi, un nouveau paradigme, une nouvelle ère s’est ouverte le jour où j’ai découvert CS. J’ai compris à quel point voyager chez le local était enrichissant, je me suis fait des amis pour la vie des 4 coins du monde. (américains, russes, brésiliens, algériens, iraniens, turcs, mexicains, polonais, français aussi !…). J’y ai même rencontré ma future femme, et oui, il y a 8 ans de cela !


Mais ça c’était avant. Bien sur, il est encore et toujours possible de faire des magnifiques rencontres sur CS, les gens ne changent pas. Mais les membres ont tout de même beaucoup perdu en qualité avec le temps. C’est devenu bien trop mainstream, ça n’a plus rien d’une communauté d’initiés, c’est aujourd’hui global.

Le résultat : un grand nombre de membres l’utilisent à des fins sexuelles (viens dans mon lit, tu seras mieux que dans le canapé), d’autres à des fins économiques (faux hébergeur, vrai guide touristique payant), et une majorité des membres sont inactifs (inscrit une fois pour voyager gratuit… et puis a oublié son profil).

En privilégiant la quantité à la qualité, Couchsurfing a perdu de sa force, de son énergie positive. Je le vois agoniser à petit feu… j’espère me tromper.


Payer ou aller voir ailleurs ?

Tout ça c’est bien beau, mais ça ne nous dit pas comment aborder cette nouvelle politique de payement.

Il va falloir faire un choix difficile : accepter de payer sous la contrainte pour accéder à son compte, récupérer ses données, peut être continuer à voyager ou héberger, ou bien refuser ce racket pour le principe et faire le deuil de plus d’une décennie de messages, de belles références et de contacts.

Payer ou partir sans se retourner.

Pour ma part, j’ai été faible, j’ai payé. Je ne peux pas tourner la page aussi vite sur tout ça. Oui, j’ai l’impression de payer pour conserver mon meilleur ami sous coma artificiel dans son lit d’hôpital. Mais je ne peux pas le laisser “partir” aussi vite, il me faut dû temps.

D’autant plus aujourd’hui, alors qu’on est enfermés chez nous, on a envie que le monde vienne à nous puisqu’on ne peut pas aller à lui. J’ai envie d’accueillir chez moi la terre entière ! Je suis comme un junkie en manque d'”ailleurs”. L’autre est mon énergie, ma sève, ma force… ce qui ne me ressemble pas fait vivre mon âme.

Alors oui, je me résigne et je paye. Mais je vais de plus en plus m’orienter vers Warmshowers, même si je ne suis pas systématiquement à vélo ! (ici l’article qui va vous convertir à Warmshowers) Je vais essayer aussi les alternatives crédibles comme Bewelcome.

(attention, Warm Showers commence à faire pareil avec ses nouveaux utilisateurs) >>

Couchsurfing est à l’agonie, mais c’est son esprit qui est mourant. Financièrement, il devrait survivre à cette crise. En fait, il ne faut pas sauver le soldat CS, il doit se sauver lui-même.

Peut-être que la crise va aider ses dirigeants à se poser les bonnes questions, et qu’il n’oublie pas que ce sont ses membres qui font sa qualité de service. Ce sont les anciens de CS, ceux qui ont 150 références pour avoir accueilli chez eux la terre entière qui font que CS est ce qu’il est.

Et si le site passait en financement participatif… et si nous devenions tous propriétaires de la marque… et si pour s’inscrire à CS, il nous fallait acheter une part de CS. Une idée, comme ça…


Et si la solution venaient des Greeters ? Vous ne connaissez pas les Greeters ? Suivez-moi, je vous explique tout par ici !