35. Les voisins sont toujours les plus méchants (Kurdistan / TURQUIE)

En voyageant de pays en pays, il y a un point commun à toutes ces nations qui m’a beaucoup amusé : les clichés que l’on porte à ses voisins.

De l’Allemagne à L’Iran, l’image que l’on a du pays voisin au sud ou à l’est est toujours péjorative et empreinte de mises en gardes racistes. Dans la plupart des pays que j’ai traversé, j’ai eu droit à de fermes avertissements à l’encontre de ma prochaines destination.

On m’avait mis en garde contre ces fous d’iraniens…

Le dangereux sudiste

Par exemple, dans cette chaîne infinie de la stigmatisation, les hongrois me demandaient d’être prudent en Serbie, puis les serbes me disaient de me méfier des bulgares, qui sont à leur yeux dangereux et sans scrupules, les bulgares, quant à eux m’invitaient à rester sur mes gardes avec les turcs, qui seraient racistes et d’une extrême violence, quand aux turcs, ils avaient peur que j’aille m’aventurer en Iran, terre des islamistes chiites et de tous les dangers. Et en Iran la chaîne continuait car on me décourageait fermement d’aller en Afghanistan ou au Pakistan (Itinéraire que j’ai hésité à suivre lorsque j’étais en Iran).

Le glacial nordique

Le plus intéressant est que les clichés marchaient aussi dans l’autre sens, même si les observations étaient d’une toute autre nature. L’on m’expliquait que le pays au nord-ouest, qui en général est plus riche, est beaucoup moins accueillant, les gens plus froids et la nourriture moins bonne. Chaque pays a donc deux voisins symboliques, celui du sud et celui du nord. Le premier est pauvre, dangereux et sans scrupules. Le deuxième est triste, égoïste et froid.

Il fallait souvent en conclure par : “Le meilleur pays du monde, c’est ici. Plus la peine d’en sortir”.